Après de longs mois d’attente, nous sommes enfin arrivés à l’échéance que nous attendions tant : Al Faris 2018 ! Nous avions pris énormément de plaisir à participer aux édition 2011 et 2012.  Mais l’événement n’avait pas été poursuivi à notre plus grand regret .. Nous étions donc enchantés d’apprendre le lancement de l’édition 2018 ????

Je tiens à remercier notre Fédération, qui a sélectionné l’équipe et nous a permis de nous retrouver entre père et fils comme à l’époque ! Il ne nous manque que Fred pour retrouver l’équipe de 2012.

Nous nous retrouvons plongés dans le passé : dans le même lieu, avec la même équipe organisatrice, à peu près les même concurrent. Ça ne peut que nous amener à visualiser l’évolution de la discipline.

Voici le récit de notre séjour :

Premier jour : 17-04-2018

Arrivés à l’hôtel. Comme d’habitude, c’est le grand luxe ! Un 5* dans le centre d’Amman. Le premier jour était destiné aux arrivées, nous avons donc eu le temps d’aller faire un petit tour en centre ville.

A 18h, nous avons assistés au meeting d’introduction dans la salle de conférence de l’hôtel. L’équipe organisatrice nous a expliqué le concept de la compétition et les règlements. Nous allons donc concourir sur trois épreuves : L’European style, l’Asian style et le Al Ghara. Pour parler avec des mots que tout le monde connait, l’European correspond à une version inspirée de la Hongroise, l’Asian de la Coréenne et le Al Ghara est une nouvelle épreuve dans laquelle il faut réaliser plusieurs allez-retour en alternant tir à l’arc et tent-pegging.

Nous avons également eu le droit à une nouveauté plutôt sympatique cette année concernant le choix des chevaux. Ils ont été tirés au sort. L’organisation a mis au point un logiciel de répartition aléatoire qui fait cependant attention aux poids des cavaliers et à la capacité des chevaux à porter. Top !

Après le meeting, nous avons eu le droit à un super banquet !!

Deuxième jour : 18/04/2018

Pour ce deuxième jour en Jordanie, c’était le jour d’entraînement ! Suite au tirage au sort de la veille, nous connaissions le nom de notre cheval : Malak. Mais nous ne savions encore rien de lui.

Nous sommes arrivés en bus sur le lieu de compétition et nous avons rapidement constaté que l’événement était monté en grade. La piste est magnifique, la tribune royale est grandiose. Nous avons eu le droit à la  fresque représentative d’Al Faris en fond d’écran (super pour les photos !).

En arrivant, nous avons tout de suite constaté qu’un gros travail avait était mis sur les chevaux. Nous sommes arrivés face à un groupe de 30 chevaux très calmes au premier abord.  Ils ont été sélectionné et préparé par nos amis Jordaniens pour cette compétition sous la surveillance de l’équipe.

Groupe par groupe, nous avons eu le droit à quelques passages d’essais sur la piste. Malak est super! Il est certes bien plus rapide sur la ligne que ce dont nous avons l’habitude (environ 8-9s) mais il connait son travail. Son galop est très souple et agréable. Il dort en début de ligne, ce qui est un gros point positif pour se remettre de ses émotions entre deux passages ???? . Dans l’ensemble, tous les chevaux sont biens.

Avant même que la compétition ait démarré, il est facile d’observer que le niveau n’est plus le même.  J’ai hâte de voir les résultats !

Dans la soirée, nous avons profité de l’occasion pour organiser un petit meeting pour présenter Wharchery. Nous avons eu beaucoup de bonnes retombées. Nous en avons profité pour faire un petit cadeau à Daniel Griffin pour le remercier de son implication ????

Troisième jour : 19/04/2018

Jour de repos ! Nous avons juste assisté à une démonstration du Al Ghara style… Ça ne va pas être facile !! Nous avons également appris l’ordre des groupes. Pour le premier jour de compétition, Thierry fera la Coréenne le matin et le Al Ghara l’après-midi et moi la Hongroise début d’après-midi.

Quatrième jour : 20/04/2018

Premier jour de compétition ! Après une excellente nuit (dans les draps blancs de l’hôtel hehe !) nous nous sentons prêts pour la compétition. 

Pour démarrer la journée, nous attaquons la cérémonie d’ouverture. Tout est grandiose. Nous découvrons les écrans géants et la dizaine de cameramans qui vont passer la journée à nous filmer.

Thierry commence avec une Coréenne plus qu’acceptable! Beaucoup de flèches en cibles, pas toujours centrées malheureusement. Le premier constat concerne la vitesse de notre cheval. Nous nous attendions à du 8-9s mais nous sommes à 7s.. Et comme beaucoup d’archers à cheval le savent, cette faible différence de timing provoque une grosse différence de difficulté. Il finit sa coréenne sans passage à 0, ce qui est honorable à cette vitesse.

J’enchaîne juste après le déjeuné sur la Hongroise. J’ai longtemps hésité sur la stratégie. 3 ou 5 flèches ? J’ai craqué. Je me suis amusé et je suis parti à 5. Les trois premiers passages n’était pas top. Une flèche en cible sur les deux premiers. Le troisième aurait pu être bon, je commençais à me mettre avec le cheval et à être capable de reproduire la position que je pratique habituellement sur cheval lent. Mais le sort n’en a pas décidé ainsi. Je tirs une très belle première flèche qui rebondi sur la cible et le temps que réfléchisse à ce qu’il s’était passé, j’avais tiré 4 flèches de plus n’importe comment et j’étais arrivé au bout ! Le trois passages suivants étaient top ! Je ne sais plus exactement combien de flèches en cibles mais toutes se rapprochaient et j’étais de plus en plus proche des 5 flèches en cible. En bref : beaucoup de plaisir ???? 

Pour finir la journée, Thierry a fait son Al Ghara. Il a fait de très beaux tirs ! Malheureusement son premier passage a été remis à 0 à cause d’un demi- tour trop tardif et d’un franchissement de ligne. 

Et sinon c’était le grand luxe ! Chaque passage était retransmis sur grand écran avec les replay et tout ! 

Cinquième jour : 21/04/2018

Deuxième et dernier jour de compétition. ???? Il reste la Hongroise pour Thierry et Coréenne + Ghara pour moi.

Je commence la journée dans le premier groupe pour la Coréenne. Grâce aux expérience de la veille, je pars dans un tout autre esprit. Je sais désormais que le cheval va vite, même très vite et je suis maintenant conscient que pour faire quelque chose de propre, je devrais me limiter dans les tirs. Je pars donc avec en tête de tirer 1 flèche propre sur la cible de face de la triple et tenter celle de dos. Pour la double double, l’objectif est de tirer les deux cibles de face propres et de tenter celle de dos. Et pour la multiple, j’ai décidé d’attendre d’avoir vécu mes premiers passages avant de prendre ma décision, à savoir si j’en tirais 3 ou 5.

La compétition démarre avec la triple. Comme prévu, je tirs ma première propre en attendant d’avoir la cible dans le nez. Plutôt bien tiré mais pas tellement payée dans la cible. Et là, je recharge à une vitesse qui m’a surpris et je fais un 5 de dos. Assez satisfait du premier, je pars sur le deuxième un peu plus confiant et en cherchant désormais à améliorer le style. Je tirs cette fois ci deux flèches très propre avec un geste fini qui sont dans la cible également.

C’est maintenant le tour de la double double ! Je continue dans la même lancée, je prends mon temps et je tirs des flèches propres. Toutes dans la cible sauf une sur le deuxième passage qui était juste à côté du papier.

Et c’est maintenant le meilleur moment de la Coréenne à mes yeux : la multiple ! Je me sens vraiment à l’aise dans mon rechargement. Je décide donc de partir à 5 flèches avec en tête qu’il se peut que je n’en tirs que 3. Dans l’ensemble, tout s’est bien passé. J’ai tiré deux fois les 5 cibles en ayant plus que le temps de recharger. Sur le premier passage, je fais l’erreur de me contenter de flèches dans la cible et non dans le centre. Je décide donc de corriger cette erreur sur le deuxième et là, quand je saisi ma première flèche, la deuxième sort en même temps. Un peu paniqué, je tirs mes premières à l’arrache mais j’arrive tout de même à charger dans les temps la flèche qui dépassait de 50cm de ma ceinture ! Ouf! Je peux donc me re concentrer progressivement et centrer mes flèches ????

J’ai pris énormément de plaisir sur cette épreuve en particulier. On m’a d’ailleurs fait remarqué que j’ai pris le plus de plaisir sur l’épreuve que je critique régulièrement en Europe. Je vais donc en profiter pour expliquer pourquoi. Je n’ai jamais critiqué la Coréenne, j’ai critiqué les adaptations pour la faire sur cheval lent. Dans cette épreuve la difficulté (et donc l’intérêt) est la vitesse. En retirant la vitesse, elle devient trop simple pour le niveau Elite ou international. Je prends donc énormément de plaisir à faire une Coréenne à 7s mais je ne veux plus envoyer mon cheval à cette vitesse là par respect pour lui. Beaucoup d’archers français et européens ont le même avis que moi concernant la vitesse. D’après moi il nous faut donc une nouvelle épreuve pour les combinés avec chevaux lents. La coréenne est et restera faite pour les chevaux rapides ????

Fin de matinée, Thierry démarre sa Hongroise. Il démarre avec le meilleur passage de toute la compétition. Il a malheureusement fait par la suite la même erreur que moi de vouloir tirer trop de flèche. Il tirait sa première avant le premier poteau. Il a d’ailleurs fait un très beau 4 à 55m et environ 50km/h. Ça s’applaudit ! Cependant il attendait d’arriver à la fin de la zone de face pour tirer sa deuxième. A cause de cette stratégie, il n’avait donc plus le temps de tirer correctement celle du milieu et il s’est enrayé plusieurs fois par précipitation. 

La bonne stratégie sur la Hongroise à cette vitesse là était de se contenter de 3 flèches propres. Nous étions d’ailleurs les seuls à en tirer 5 sur un cheval à 7s. Même les Hongrois se contentaient de 3 flèches. Erreur à ne plus reproduire la prochaine fois! ????

Dernière épreuve pour moi : le Ghara ! J’étais assez inquiet avant d’attaquer. Lors du premier passage tout s’est passé plutôt correctement. Trois cibles touchées et 1 disque. J’ai mis un petit peu de temps à comprendre le mouvement pour saisir les disques au sol. J’ai saisi à partir de la dernière. Le cheval était vraiment super ! Il connaissait l’épreuve et ça se ressentait.

Avant d’attaquer le deuxième passage,  Thierry m’a dit de ne pas hésiter à lui faire confiance et à le lâcher sur le retour. J’ai mal saisi l’information. Et quand je me suis retrouvé à la fin de la première ligne, je me suis laissé envahir par le guerrier qui est en moi. J’ai fait demi tour, j’ai envoyé le cheval à fond, saisi la pique plein galop (je l’ai même fait tourner pour le style ???? ), et là .. Au premier disque, c’était la désillusion ! J’ai planté la pique en plein milieu du disque mais avec trop de force et elle est resté plantée dans le sol … Dommage mais c’était fun ! 

C’est maintenant l’heure de la clôture de la compétition et de la remise des prix. J’ai eu l’honneur de recevoir le premier prix de l’épreuve Coréenne de la main du roi. Un super souvenir !

Après toutes ces émotions, nous nous retrouvons une dernière fois tous ensembles pour le dîner. Majestueux encore une fois. J’ai eu la chance d’obtenir le prix d’honneur de la compétition ! J’en ai eu les larmes aux yeux. Ce prix a été voté par tous les compétiteurs et les juges pour récompenser le compétiteur le plus honnête, respectueux, aidant, etc .. C’est à mes yeux le prix qui a le plus de valeur ! Merci à tous !

Pour conclure …

Une compétition au top ! Merci aux organisateurs, aux bénévoles, aux chevaux, .. pour tout ces beaux souvenirs. Nous avons eu le droit à un super panel d’archers, tous différents mais tous d’excellents archers et remplis de qualités humaine.

Robin Descamps

Photos : Katarina Cozmei, Jeanne Shepherd (Genie photos)

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Responses